12 règles alimentaires favorisant le mieux être

Mes 12 principes alimentaires favorisant le mieux être

Sans complément alimentaire, régime et médicament, quelques changements alimentaires peuvent vous changer la vie…
Je partage ici ces principes qui viennent de mes questionnements, recherches, et propre expérience.

Pourquoi faire attention à notre alimentation ?
Notre alimentation conditionne notre bien-être, car elle est le carburant de notre corps. Si vous ne mettez pas de bon carburant de bonne qualité et de bon rendement, le véhicule qui est votre corps, fonctionnera à moyen régime, s'encrassera, voire même donnera des signes de pannes.

De plus quand nous mangeons, nous ingérons les informations dont le produit est porteur. La qualité du produit induit donc l'ingestion de bonnes ou mauvaises informations énergétiques.

> Notre mode de consommation alimentaire ne favorise pas une haute vibration énergétique du corps. Le tabac, l'alcool, trop de café ou de thé, les produits animaux en trop grande quantité, les cuissons, les adjuvants, les conservateurs, le manque de légumes et aussi d'aliments non industrialisés et crus, ne profitent pas à la bonne santé de notre corps, de notre digestion, et nuisent  aussi au bon fonctionnement de notre cerveau et de notre humeur : donc de notre taux vibratoire. Ces aliments industriels et agroalimentaires de masse, ont un taux énergétique très bas et pompent notre énergie pour être digéré !

N'oublions pas que nos intestins sont notre deuxième cerveau, si nous avons une mauvaise digestion, cela se portera sur notre état d'être.

Baissez la consommation de plats tout préparés, de viande, de lait, de café le matin à jeun, éliminez le café au lait, et privilégiez les protéines végétales, les fruits et légumes, et mangez plus d'aliments crus. Les fruits et légumes crus gardent toutes leurs propriétés nutritionnelles, et de surcroît, apportent l'énergie vitale, tirée du soleil qu'ils ont captée pour se développer et mûrir. Ces vibrations énergétiques sont très bénéfiques pour l'ensemble de notre corps.

Certains diront qu'ils vivent ainsi, hors de ces "règles" depuis toujours et que tout va bien. Oui, tout va bien aujourd'hui, l'organisme a un pouvoir "d'adaptation" important, mais il accumule, et le système immunitaire se bat pour enrayer la prolifération de toxiques et les éliminer. Il demande aux glandes surrénales beaucoup d'effort, et tout ce petit combat intérieur parfois (et même souvent) insoupçonné, finit par épuiser vos organes, et votre vitalité. Vous vous sentez ou sentirez fatigué sans raison, avez le moral dans les chaussettes, avec du mal à supporter le moindre petit obstacle de la vie. Heureux donc ceux qui sont "sensibles" du foie (car le foie ne crie stop que lorsqu'il est souvent trop tard, il souffre en silence) ou encore des intestins, ils ont des informations primordiales à écouter pour le bon fonctionnement de leur organisme.

Voici 12 principes simples et plein de bon sens, qui peuvent réellement changer la vie :

 

1 – Privilégier les produits bio

Les produits bio naturels  dont vous connaissez la provenance et le mode de culture.
Les pesticides, désherbants  et autres produits chimiques, ne peuvent être traités par le corps, ni éliminés ; ils encrassent et abiment son bon fonctionnement.

2- Evitez les produits "tout fait"

Les plats cuisinés, brioches et fantaisies diverses contiennent souvent beaucoup d'additifs, de conservateurs, d'acidifiants, d'aluminium, tout ceci peut être également déguisé en d'autres termes complexes… ils détériorent le bon fonctionnement de l'organisme, car ils ne sont pas éliminés.

3 - Bien mâcher son repas

Pour réduire la texture, la mettre à bonne température, et l'envelopper de salive qui commence à dégrader l'amidon, et prépare à la digestion. Il est préférable de boire l'eau en dehors des repas, car le liquide dilue les sucs gastriques et ralentit la digestion.

4- Le lait

Il n'apporte pas de calcium à nos os !  Ça c'est dit !
Le lait n'est pas favorable à la digestion chez l'adulte, car celui-ci ne fabrique plus de lab-ferment nécessaire pour sa coagulation rapide.
De plus le lait industriel, contient des traces chimiques et hormones des traitements des vaches (contre les maladies, antibio par exemple), et traitement alimentaire de leur nourriture. N'abusez pas des yaourts et prenez-les de bonne fabrication et bio.
Les produits laitiers peuvent être à l'origine de glaire dans la gorge après la prise de repas, de remontées gastriques…
Il est maintenant prouvé que la surconsommation de produit animal (lait, viande…) et de sel, acidifie  notre organisme qui compense en récupérant des « tampons » de citrates de calcium  un peu partout dans notre squelette. De plus les produits laitiers font chuter la concentration de vitamine D, celle-la même qui nous aide à fixer le calcium.
Donc paradoxalement, consommer beaucoup de produits laitiers, durant une longue période contribue à faire l'effet inverse : à décalcifier notre organisme…

> Vous trouverez des sources de calcium plus importantes au 100g et plus facilement assimilables dans les amandes, les épinards, le sésame, l'ortie, les légumes verts foncés comme les choux, les pois, les algues, les asperges, mais aussi les poissons gras, les sardines…

5- La viande

Evitez d'en manger, ou mangez en peu mais de très bonne qualité (alimentation, condition de vie et d'abattage), voire même pas du tout dans un régime équilibré végétarien.

En plus de ce qui est dit au point précédent sur l'acidification, elle contient des toxines et peut augmenter le taux d'acide urique dans le sang responsable de nombreux maux (goutte, arthrose, calculs urinaires). Son énergie vitale, énergétique est nulle, et elle transporte des éléments informatifs concernant la condition de vie et de mort de l'animal (mauvais traitement, alimentation, élevage en batterie…). Elles sont difficiles à digérer par notre organisme, car ces protéines provoquent  des putréfactions (désolée pour le terme, mais c'est celui qui doit être employé) dans les intestins, et le développement en conséquence de candidoses. L'organisme a donc besoin de plus d'énergie pour digérer et évacuer. Les protéines végétales ne provoquent pas de putréfactions.

6- Le pain et les pâtes

N'en faites pas l'aliment principal, le pain à tous les repas n'est pas conseillé. Même si cela est une culture française, le pain d'aujourd'hui n'est plus celui de nos grands-parents. Préférez les "complets", mais attention à les prendre bio, car les pesticides et autres produits chimiques sont sur les enveloppes externes de la céréale, et se retrouvent donc en plus grande quantité dans les aliments complets.
Ils sont constitués fortement de gluten. Le gluten est un mélange de protéines combinées avec de l'amidon contenu dans la plupart des céréales. Notre blé modifié (le blé d'origine était constitué de 4 fois moins de molécules qu'aujourd'hui ! le plus proche aujourd'hui est l'épeautre), et notre mode de panification font que ces aliments se comportent comme des colles dans nos intestins, favorisant les candidats albicans. La fermentation au levain, tel qu'on l'obtenait autrefois, et le blé réellement complet (et non blanchi avec ajout de sons comme souvent aujourd'hui), permettait à notre organisme de  digérer et d'assimiler les précieux acides aminés. Les candidats albicans en trop grand nombre, provoquent des infections fongiques (candidiase ou candidose) essentiellement au niveau des muqueuses digestives et gynécologiques, car passent par la paroi poreuse intestinale.

7- Le café

Ces boissons ont des vertus pour l'organisme, mais ils sont tout de même à prendre sans excès.
Selon quelques études, le café en excès ne serait pas l'ami des os (la caféine augmenterait le risque de fractures et accentuerait les problèmes d'ostéoporose, de plus, l'expresso nuirait même à la santé de nos dents). Il y aurait un lien entre l'épilepsie et la prise de caféine pendant la grossesse (Pr. Yezekiel Ben Ari, chercheur à l'Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale - INSERM - unité 29).
Il augmente la pression artérielle. Le consommer avec modération me semble être le plus approprié à notre organisme.

Pour les personnes ayant des problèmes de vésicule biliaire, il est préférable de l'éliminer dans un premier temps (le reprendre après avoir réglé les problèmes) car la vésicule se vide et se contracte à l'arrivée du café dans l'estomac, et favorise aussi les remontées gastriques. Il est préférable de ne pas prendre directement votre café à jeun au lever, il sera très mal accepté à force par votre foie. Même si vous ne vous en rendez pas compte, cela se passe dans le temps, le foie est un organe silencieux qui ne dit rien, sauf quand il est déjà bien engorgé. A noter que le café décaféiné est traité au solvant pour enlever la caféine...
Attention au mélange café et lait, c'est un toxique et c'est peu de le dire. L'ébullition et le café dans le lait empêchent la fermentation lactique indispensable à sa digestion. Ce mélange arrive dans vos intestins, non digéré il provoque et entretient
les putréfactions que la bile (provenant de la vésicule) ne parvient pas à neutraliser. Cette putréfaction dans vos intestins remonte ensuite vers le foie qui s’affaiblit, ne sécrète plus assez de bile et ne peut arrêter cette fermentation, qui fini par envahir tout le système digestif.

8- légumes et légumineuses

Certains de ces produits peuvent être considérés comme difficilement "digérables" parce qu'ils provoquent des troubles survenant consécutivement à leur consommation. Ce ne sont pas les aliments qui sont hostiles à l'organisme, mais ils peuvent arriver dans un organisme qui n'est pas en état de les digérer, et provoquent des flatulences dues aux résidus déjà présents dans les intestins (les putréfactions dues aux candidats). Le conseil est d'amener petit à petit ces aliments dans vos habitudes alimentaires.
Les légumes sont riches en magnésium, potassium, calcium, fer, sodium, antioxydants… En chlorophylle (tous ceux qui sont verts), s'ils sont consommés crus ; chlorophylle qui est anti-anémique et antiseptique.
Elle tonifie également le cœur, stimule les muscles et les nerfs, diminue le taux de cholestérol favorise la diurèse et est un régulateur intestinal...

Les légumineuses, haricots, pois, lentilles, sont entre-autres, riches en fibres, en protéines, en vitamine du groupe B, en antioxydant. Certains très riches en saponines comme les haricots sont anti-inflammatoires et aident la baisse du cholestérol.

9- Le cuit et le cru

Privilégiez les produits crus, car ils n'ont pas perdu leurs nutriments à la cuisson, ils restent "vivants".
Cela vaut aussi pour les modes de conservation à hautes températures comme l'UHT par exemple, ou la confiture (très bonne au goût, mais avec peu de nutriments). La cuisson détruit aussi la plupart de ferments et enzymes, ce qui oblige l'organisme et le foie à fournir beaucoup plus d'énergie pour transformer les aliments.
La cuisson à basse température est à privilégier, car elle préserve mieux les nutriments. Il va sans dire que si vous plongez des légumes dans l'eau bouillante, pour les cuire, beaucoup de ces nutriments partiront avec l'eau à l’égouttage.
Les légumes lactofermentés sont une bonne piste, ainsi que les graines germées qui sont très nutritives et revitalisantes.

Le micro-onde est à proscrire. En effet, des études scientifiques ont démontré la modifications des aliments passés au micro-onde, ils sont considérés comme "morts" . Deux chercheurs : Blanc et Hertel ont confirmé que la cuisson aux micro-ondes modifie de manière importante la substance nutritive des aliments.

"Ils ont étudié l'effet que la nourriture cuite aux micro-ondes avait sur 8 individus en prenant des échantillons de sang immédiatement après manger. Les niveaux d'hémoglobine diminuaient. Les sujets devenaient anémiques.
Ces violentes modifications causées aux molécules de nourriture sont des mutations qui sont inconnues dans la nature. Toute cuisson cause aussi la formation de quelques produits de radiolyse mais la cuisson au micro-ondes  en cause un nombre beaucoup plus grand. Cela provoque ensuite la détérioration du sang et du système immunitaire. Ils ont constaté également que le nombre de leucocytes augmentait après avoir mangé de la nourriture cuite aux micro-ondes. Cela signifie
que l'organisme est victime d'une agression et que cet élément est nocif.Même le taux de cholestérol augmente après avoir ingéré des aliments cuits au micro-ondes."

Les résultats de leurs recherches ont été publiés dans "Search for Health" (recherche pour la santé). Ils ont obtenu une ordonnance de non publication. Ils ont été prévenu que s'ils éditaient leurs résultats ils feraient face à de lourdes amendes et jusqu'à un an de prison.

Même les russes se sont penchés sur la question et en sont arrivés à interdire les fours à micro-ondes.1

10- Les huiles et le beurre

Les margarines et huiles industrielles, contiennent des traces de nickel, utilisé pour la solidification et la désodorification du produit, des solvants utilisés pour l'extraction et une montée en température qui enlève les intérêts nutritionnels qui pourraient avoir eu l'idée de rester ! De plus ils sont indigestes et demandent beaucoup d'énergie au traitement.
Le beurre est intéressant au niveau nutritionnel, s'il est consommé cru, bio et de bonne fabrication.
L'huile est intéressante nutritionnellement, si elle est de très bonne fabrication, bio, obtenue par "simple pression à froid" ou "première pression à froid", et sans solvant chimique. Vous pouvez les varier et bénéficier des avantages de chacune (par exemple, colza : oméga 3/6/9 et vitamine E - olive : magnésium, oméga 9 - noix : en oméga, vitamine K, Stérols végétaux…)

11- Le sucre industriel

Il  est à consommer avec parcimonie. Il produit de l'acide oxalique une fois dans l'intestin, qui doit être traité par le foie (encore une contribution pour ce pauvre foie qui ne dit rien) . Si le foie ne peut le traiter, il passe dans la circulation, envahit les tissus, et arrive dans les reins. Comme l'acide urique, l'acide oxalique est à l'origine des rhumatismes, migraines, troubles nerveux, fatigues et troubles rénaux, diabète.

12- L'équilibre acido-basique

C'est l'équilibre du PH du corps. Les aliments acidifient ou alcalinisent l'organisme. Un organisme d'un PH entre 6 et 7 est un organisme en bonne santé, son acidification offre un terrain sensible à engendrer des maladies diverses. Les aliments dits acidifiants sont donc à manger en quantité moindre (viandes, charcuteries, beaucoup de légumes secs et céréales, certains fruits, alcools.. ) et les aliments dit alcalinisants sont à consommer en quantité importante (presque tous les légumes et fruits). Les fruits de goût acide ne deviennent pas forcément acides dans notre corps (ex: le citron est alcalin dans le corps, l'orange est acidifiante). Des tableaux classant les aliments sont disponibles sur le web, consultez les pour avoir une idée. Si vous avez des doutes concernant votre équilibre acido-basique, il existe des bandelettes urinaires ou de salive, pour mesurer le ph du corps. D'autres facteurs que l'alimentation peuvent influencer l'équilibre acido-basique : mauvaise digestion, surconsommation d'aliments cuits par rapport aux crus, le stress.

Pour aller plus loin dans, et si vous souhaitez prendre en main votre hygiène alimentaire et digestive, je vous invite à consulter un naturopathe sérieux intéressé par l'alimentation et la nutrition.

Ces informations viennent de ma propre expérience, et hygiène de vie personnelle, étayées de documentations (livres de nutritions divers pour les taux, et propriétés)

Elles ne se substituent aucunement à un avis médical.

Elles sont également exhaustives, car nous pourrions écrire encore beaucoup sur le sujet…

 

1 : source micro-onde : http://santenature.over-blog.com/article-26445788.html

Odile Debliqui - Vivre-soi.com
Merci de partager l'article dans son intégralité, sans oublier la source

 

 

 

 

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire